JournĂ©e de đŸ’©






Est ce que c’est normale que des journĂ©es vont moins bien que d'autres? Absolument! MĂȘme chose lorsque l’on expĂ©rience des journĂ©es oĂč tout semble aller comme sur des roulettes, pour moi ça s’appelle l’équilibre.


Aujourd’hui c’était justement une journĂ©e difficile oĂč ça a Ă©tĂ© beaucoup moins bien qu’à l’habitude, autrefois c’est certain que ça aurait Ă©tĂ© le genre de journĂ©e oĂč j’aurais utilisĂ© la magie de l’alcool pour mieux geler mes Ă©motions.


Lorsque je me suis levĂ©e je savais dĂ©jĂ  que la journĂ©e allait ĂȘtre pĂ©nible parce que je le sentais 'en dedans'. Un genre de tempĂȘte impossible Ă  expliquer. J’ai essayĂ© de changer mon discours intĂ©rieur, mais c’était une tĂąche colossale pour laquelle il m’étais impossible ce matin de trouver la force nĂ©cessaire afin d’y arriver
 J'Ă©tais vidĂ©


J’ai donc pris mon courage Ă  2 mains et j’ai appelĂ© au travail pour aviser que je ne serais pas lĂ  aujourd’hui, car l’avantage de vivre depuis si longtemps avec des troubles de santĂ© mentale fait en sorte que je me connais trĂšs bien et que je choisis d'Ă©couter les signes avant-coureurs de la dĂ©pression. Quand je vais bien je vais super bien, mais quand je vais moins bien ça peut dĂ©gĂ©nĂ©rer Ă  une vitesse fulgurante.


Est ce que le fait d’avoir pris congĂ© a fait en sorte que je me sentais mieux? Pas du tout, car je me sentais dĂ©jĂ  inadĂ©quate, mais je savais que j’avais besoin de temps pour moi et pour recharger mes batteries. C'est plate parce que c’est une grande roue qui tourne et qui fait du ravage sur son passage, de devoir m'absenter du travail m’a poussĂ© Ă  me demander si je suis vraiment Ă  ma place dans mon Ă©quipe, de me demander si je suis vraiment Ă  ma place dans mon Ă©quipe Ă  Ă©galement fait en sorte que je me demande si je suis la mieux placer pour occuper mon poste



Juste sortir de mon lit a Ă©tĂ© pĂ©nible, mais je savais que c’était important et que j’avais besoin de me lever, car je connais le danger qui me guette si je dors trop. Me dĂ©cider Ă  prendre une douche a Ă©galement Ă©tĂ© une tĂąche ardue, mais je devais me forcer Ă  le faire, car je sais que ça m’aide Ă  aller mieux quand tout le reste va mal.


Le dĂ©savantage avec la santĂ© mentale c’est que quand on va moins bien souvent ça ne paraĂźt pas du tout, tout est dans la tĂȘte, ce n’est pas comme une coupure que tu nettoie et sur laquelle tu appliques un pansement pour aller mieux et guĂ©rir. Quand c’est la santĂ© mentale il n’existe pas de solutions magiques faites sur mesure on doit apprendre ce qui fonctionne pour nous par essai et erreurs afin de mettre un baume sur notre condition invisible.


Comme le dit si bien je Joker 'Le pire dans le fait d'avoir une maladie mentale, c'est que les gens s'attendent Ă  ce que vous vous comportiez comme si ce n'Ă©tait pas le cas'


À ce point-ci il Ă©tait important pour moi de penser Ă  autre chose que mon mal-ĂȘtre, donc j’ai dĂ©cidĂ© d’essayer de me changer les idĂ©es en prenant place Ă  mon bureau de travail Ă  la maison et je me suis avancĂ© dans mes travaux universitaires. J’ai dĂ©butĂ© par mon cours de relation d’aide et comme par magie celui-ci est venu me confirmer que je suis vraiment Ă  ma place en relation d’aide. Pourquoi? Parce que je comprends les journĂ©es (semaines/mois) de đŸ’© et je comprends aussi ces maux invisibles que sont les troubles de santĂ© mentale.


Ce soir je vais donc beaucoup mieux et je me sens prĂȘte Ă  essayer d'affronter une nouvelle journĂ©e et de peut-ĂȘtre faire une diffĂ©rence pour quelqu’un qui passe une moins bonne journĂ©e demain.


C'est aussi ça le rĂ©tablissement ❀

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout