• Suzy Marmen

Choisir le positivisme



Je sais, je sais que ce n’est pas toujours facile, sauf que je ne vois rien de mal avec essayer. Juste le fait d’être conscient de nos pensées négatives peut selon moi faire toute la différence.

Je sais que je ne suis pas très présente sur les réseaux sociaux depuis quelques mois, mais je viens quand même faire mon tour une fois de temps en temps et dernièrement j’ai vu ces phrases-ci passées:

-J’ai choisis le pire moment pour arrêter de boire, avec la pandémie c’est vraiment trop difficile!

-Non, cette année on ne fera pas 'dry February' parce qu’il nous reste juste ça boire pour avoir du fun.

-Je voulais diminuer ma consommation, mais maintenant avec la pandémie ça ne change pas grand chose parce que de toute façon personne ne me voit.

Ça ce sont celles qui m’ont le plus marqué et qui m’ont donné le goût de prendre le temps d’écrire ce que j’en pense. Je comprends que la situation que nous vivons actuellement n’est vraiment pas facile, que c’est du jamais vu et que nous essayons tous tant bien que mal de la naviguer du mieux qu’on peut avec les outils dont nous disposons.

Mais je pense que ça vaut la peine de se demander si nos outils sont les meilleurs pour nous permettre de vivre pleinement durant cette période difficile de nos vie. Permettez-moi donc de prendre ses 3 phrases ci-haut et d’essayer de voir si il serait possible d’un peu changer notre façon de voir les choses.

Premièrement celle-ci: ''J’ai choisis le pire moment pour arrêter de boire, avec la pandémie c’est vraiment trop difficile!''

Oui j’avoue que notre esprit chamboulé à cause de la situation que nous vivons tous, oui c’est possible que ce soit difficile, cependant ça peut aussi être le meilleur moment pour cesser de boire! Au tout début de ma sobriété j’évitais le plus possible de socialiser, je ne me sentais pas assez forte pour aller dans les bars ou les party et je trouvais ça plate de donner des excuses aux gens de mon entourage pour ne pas aller les voir. Donc, la pandémie peut-être un moment parfait pour cesser de consommer vu que de toute façon nos vie sociales sont toutes sur pause, c’est le bon moment d’experimenter et de trouver ce qui fonctionne pour nous sans avoir à le faire à des endroits où l’alcool coule à flot.

Pour ce qui est de la deuxième phrase qui était: ''Non, cette année on ne fera pas 'dry February' parce qu’il nous reste juste ça boire pour avoir du fun.'' Je comprends le raisonnement derrière celle-ci, cependant l'idée derrière le dry February est de se questionner sur notre consommation d’alcool, si tu es sérieux lorsque tu dis que c’est la seule chose qu’il te reste pour avoir du fun, peut-être que ce serait une bonne chose de t’assoir avec toi-même et de revoir ta définition de 'fun', car selon-moi il y a pleins de façons de s’amuser sans sentir le besoin d’ajouter de l’alcool dans l’équation, en plus on sait tous que les hangover sont pénibles ;)

Et pour finir: ''Je voulais diminuer ma consommation, mais ça ne change pas grand chose parce que de toute façon personne ne me voit.''

Celle-là touche une corde sensible pour moi parce que quand j’ai pris la décision d’arrêter de consommer, il y a de ça presque 5 ans, la honte était ma raison numéro 1 pour ne plus toucher à l’alcool. J’en avais assez de faire des niaiseries, des blackout et de regretter mes brosses à chaque fois où je buvais en public. J’ai essayé de m’imaginer si j’aurais pris la même décision en pandémie et la réponse est oui, parce que même si la règle est de ne pas se voisiner je crois qu'une fois sous l’influence j’aurais été rebelle et je n’aurais pas suivie les consignes de la santé publique, donc en plus de faire des niaiseries j’aurais sûrement mis ma vie et celles des autres en danger.

Voila comment moi je vois les choses, vaut mieux essayer de trouver le positif dans notre situation parce que ce positivisme nous porte à faire de meilleurs choix pour notre santé physique ainsi que notre santé mentale.

Bonne Sobri & Thé


Suzy ❤️


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout